« PARES : Plan d’Action et de Réhabilitation Écologique du Saint-Laurent»

Le fleuve Saint-Laurent compte parmi les plus grands fleuves du monde, parcourant des distances de plusieurs milliers de kilomètres. C’est pour cette raison qu’il a joué un rôle historique de premier plan en tant que voie de communication et de développement reliant le coeur du Québec à l’océan Atlantique. Depuis la révolution industrielle, notre fleuve a été l’hôte de développements économiques importants qui ont entraîné la perte d’habitats, la dégradation des usages et l’intoxication généralisée des écosystèmes. Pour remédier à ces nombreuses détériorations, les gouvernements fédéral et provincial initièrent, en 1988, le Plan d’action Saint-Laurent (PASL) renouvelé en 1993 sous le nom de plan d’action Saint-Laurent Vision 2000 (SLV 2000).

C’est en 1988 qu’un consortium de groupes environnementaux québécois fondait Stratégies Saint-Laurent (SSL) dont le mandat était de créer des tables de concertation régionale (Comités ZIP) en vue d’impliquer les communautés riveraines dans un projet de sauvetage du fleuve. Stratégies Saint-Laurent s’est joint aux gouvernements dans le cadre de SLV 2000 afin d’assurer l’implication des citoyens au moyen d’une entente prévoyant la rédaction d’un bilan environnemental, la tenue d’une consultation publique, l’élaboration d’un PARE et sa mise en oeuvre. En 1997, à travers le Québec, SSL regroupe 10 comités ZIP actifs qui devront chacun réaliser ces étapes. En 2013 SSL regroupe 13 Comité ZIP actifs sur le fleuve Saint-Laurent.

Les Plan d’Action et de réhabilitation du Comité ZIP du Haut-Saint-Laurent sont des documents qui permet de concrétiser des actions afin de dépolluer et de mettre en valeur le fleuve Saint-Laurent entre la frontière ontarienne et le pont Mercier. Le premier PARE de cette série, soit celui du lac Saint-Louis, fut lancé officiellement en juin 1996. Le PARE du lac Saint-François fut lancé en 1997 et le PARE Entre 2 lacs lancé en 2002. Ils sont présentement à l’étape du suivi pour la mise en ouvre des projets. L’implication des gens, des organismes, des industries du milieu et des instances gouvernementales (fédéral, provincial, municipal et MRC) a été l’élément moteur du processus qui a permis d’élaborer ce document. La stratégie mise de l’avant par le Comité ZIP a consisté à appliquer une méthode de travail basée sur la concertation et la recherche de consensus, en interpelant et en regroupant les intervenants d’un même dossier pour déterminer ensemble les actions les plus urgentes à entreprendre.