Mission

Durant l’hiver 1992, des groupes environnementaux de la région organisèrent une assemblée publique qui mena subséquemment à la formation du comité provisoire Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) du Haut Saint-Laurent. Des représentants de plusieurs secteurs de la région étaient présents à cette première réunion. Après 18 mois de démarches visant la formation officielle du groupe et son incorporation, naissait le Comité Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) du Haut Saint-Laurent, le 27 novembre 1993.

Le Comité Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) du Haut Saint-Laurent est un organisme à but non lucratif et non affilié au gouvernement. Son seul et unique client est le fleuve Saint-Laurent et son mandat est de le protéger, de le réhabiliter et de le mettre en valeur le fleuve, en concertation avec les intervenants du milieu.

Le Comité ZIP du Haut-Saint-Laurent a pour mission de promouvoir, de soutenir ou de réaliser des actions, définies en concertation, visant la protection, la conservation, la réhabilitation et la mise en valeur des écosystèmes fluviaux de son territoire d’action dans une vision de développement durable.

Le Comité Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP) du Haut Saint-Laurent est:

Un organisme à but non lucratif fondé en 1993, suite à l’entente Saint-Laurent Vision 2000, dont le mandat est la réhabilitation, la protection et la mise en valeur du Saint-Laurent.

Un organisme de concertation qui fait partie d’un ensemble de 12 comités semblables regroupés par Stratégies Saint-Laurent. Ces comités sans but lucratif rassemblent divers intervenants ayant des intérêts communs afin de protéger, restaurer, de réhabiliter et de mettre en valeur le fleuve Saint-Laurent en concertation avec les intervenants du milieu.

Un organisme de concertation qui regroupe des représentants de tous les milieux sur un conseil d’administration de 21 personnes, plus 2 membres co-optés :

  • Industries (6)
  • Groupes à caractère environnemental (5)
  • Groupes socio-économiques (4)
  • Gouvernements locaux (municipalités et MRC) (4)
  • Individus (2)

Le tronçon du fleuve du territoire du Comité ZIP du Haut Saint-Laurent, à cause des ouvrages de barrages et la voie maritime, fait en sorte que l’on retrouve le lac Saint-François enclavé. Par ce phénomène le niveau d’eau reste le même niveau à l’année. Le territoire riverain entre les limites ontariennes et le Pont Mercier est très privatisé et industrialisé ce qui limite l’accès au fleuve à la population en générale.